Humiliation_humaine

L'humiliation humaine

D’autres articles sur http://mecreant.canalblog.com

 

Depuis des millénaires on prive l'humain de penser par lui-même. Les méthodes employées à cet égard, sont invasives et d'une arrogance folle, puis­qu'on lui fait payer les frais de sa soumission. En effet, c'est aux frais des con­tri­bua­bles qu'on bâtit des temples, des cathédrales, églises ou chapelles, des mos­quées, des syna­go­gues. En­suite, on oblige les gens du commun à y aller écou­ter les délires de quelques abru­tis qui ne servent à rien, ne savent rien, sont souvent démentis par la science, mais pré­sen­tent leur dogme com­me LA valeur absolue à cro­yan­ce obligatoire. Ce sont les mêmes qui tuent au nom d’un dieu qu’ils ne con­nais­sent pas, et qui ne parlent que de devoirs, de culpa­bi­li­té, d'o­béissance, de mena­ces et de mort, les mêmes qui créent la haine de l’autre pour piller son espace vital ; le tout ac­com­pa­gné d'histoires stupides aux­quel­les il faut croire ! C'est aussi à ses frais qu'on lui bour­re le crâ­ne dans les centres de for­ma­tages que sont les écoles.

Et puis de tous temps, ils hu­mi­lient : les chré­tiens en les met­tant à genoux pour deman­der leur pain quo­ti­dien. Les mu­sul­mans à quatre pattes le cul en l’air, dans la position la plus humiliante que je connaisse, en signe de soumission totale. Les bouddhistes doi­vent re­non­cer à leur ego, s’habiller en robe rouge pour faire la pub à leur secte, et men­dier leur bol de riz. On ex­ploi­te les juifs en leur faisant croire qu’ils sont le peu­ple élu pour arnaquer l’hu­ma­nité en­tière et la mettre en es­cla­va­ge, alors que seuls ceux du sommet en pro­fi­tent vrai­ment et que ça pourrit leur image à tous ! On a aussi les sectes à castes, pour que les riches puissent exploiter les pauvres jusqu’à plus soif. Cela va du débile profond au génie, mais aucun ne détient la moindre once de vérité ; alors il y a de l’usure. Les partis poli­ti­ques ten­tent de pren­dre le re­lais, mais ils s’é­pui­sent plus vite et changent sou­vent de nom.

Quand cela ne suffit plus, on entre chez les gens par le biais des livres, des ma­ga­zines, des journaux, des radios et des télé­vi­sions pour répandre les mensonges officiels. On y expé­die même des cour­riers per­sonnalisés pour pomper des dons aux fins de "sauver" ceux que les sectes et États humilient cha­que jour. On a aussi droit à des visites de prêcheurs (à qui j’exige le paiement d’un salaire pour as­sis­ter à leurs offices, ce qui les fait fuir). Tout ça mar­che bien depuis des siècles, pous­sant la dé­sin­for­ma­tion des gens de plus en plus loin ; et bien sûr, toujours à leurs frais !

On les poursuit même dans la rue avec des journaux "gratuits" en fait à paie­ment dif­fé­ré, puisque payés par la réclame des produits dont ils font l’é­lo­ge sans les tester ; pu­blicité sou­vent limite menson­gè­re, en tous cas vantarde, qui sert trop souvent à financer les partis des esclavagistes modernes. Des missionnaires vous démarchent sur les mar­chés dans les librairies. Ils vous parlent de leur "dieu" comme s’ils venaient d’un banquet avec lui. Leur parlote s’achève quand on prétend que leur bible est le livre le plus im­mo­ral et le plus meur­trier de toute notre histoire, et qu’il devrait être oublié.

Car en son mon, on envoie des millions de gens à la guerre, pour tuer et se faire tuer, malthusiens obligent, qui pensent qu’il faut débarrasser la planète d’un trop plein de gens ; et aussi pour piller d’autres peuples, et faire d’énormes masses d’argent au profit de ceux qui organisent ces crimes de mas­se ! Or, cela crée des désordres psychiques inouïs, qui se dupliquent sur des gé­né­rations, abî­mant des familles en­tières pour des siècles. Les races s’épuisent en vengeances éternelles, per­dent leur âme, rem­placent leur amour d’el­les-mêmes et des autres par la haine. C’est dramatique.

Aujourd'hui, ils en sont à espionner, toujours aux frais des contribuables, pour sa­voir ce que le quidam ordinaire pense de leur corrup­tion généralisée, de leurs tru­ca­ges, de leurs pillages, de leurs massacres, de leurs mensonges et de leur malhonnêteté. Natu­rel­lement, ces fourbes disent que c’est pour nous protéger !

Comme vous l’avez remarqué, ce sont toujours « eux » qui viennent vers vous. Ils ont besoin de vous, mais vous font croire l’inverse. Vous pouvez vous passer d’eux, mais pas eux de vous ; et pourtant, c’est vous qui êtes exploité. Il est grand temps d’en prendre cons­cien­ce, pour en finir avec cette gabegie.